Dernière Actualité
Nombre de Stérilisations

Nous sommes à mi-chemin de l’année et déjà les bons BARDOT sont épuisés, les bons 30 millions d’amis également. Nous sommes à 45 stérilisations (femelles et mâles) chez notre vétérinaires habituel et 20 stérilisations autres cabinets.

Nous avons demandé une rallonge à 30 millions d’amis pour boucler la fin de l’année.

Nom des chats 2017

Les chats qui naîtront en 2017, auront
un nom en ” N” comme Nestor, Nymphea, ou Neige.

 

Vide greniers

VIDE GRENIER 2017

Nous tenons à remercier tous les bénévoles qui nous ont permis de réaliser un vide greniers à la gare routière de Rians, ainsi que tous les donateurs qui au cours de l’année 2017 nous ont donnés tant d’articles divers, qui ont pu être stockés dans le local prêté par la mairie.

Nous avons ainsi réalisé une rentrée de 980 euros avec de nouvelles adhésions.

Cela fait plus de dix  stérilisations.

Visites

Formulaire de contact
Nous contacter par Mail
Frais vétérinaires au 30/08/2017

3260 euros + 960 Euros Fondation BARDOT

1315 euros autres cabinets vétérinaires

 

Recherche

Bar à chats

648x415_le-22-septembre-2013-overture-du-premier-bar-a-chats-de-france-le-cafe-des-chats-avec-laccord-et  Un bar à chats à NANTES Un peu plus d’un an après l’ouverture à Paris du premier bar à chats de France, Nantes aura-t-elle à son tour bientôt un établissement dédié aux fans de matous? C’est en tout cas le projet d’Hélène et Claire Bernard, deux sœurs nantaises formées dans le tourisme et l'hôtellerie et passionnées d’animaux. Baptisé le Chatouille, ce café ouvert à tous sans adhésion pourrait héberger, à partir de février 2015, entre 5 et 10 chats en centre-ville. Le financement n’est toutefois pas encore bouclé et un appel aux dons, via le site de crowdfunding KissKissBankBank, est lancé depuis lundi 17 novembre. Boire un verre en caressant un chat «Ce sera un lieu de détente où l’on vient boire un verre, manger un morceau, en étant entouré de chats, explique Claire, 25 ans. On pourra les caresser, les prendre sur les genoux, les observer. Ils seront libres de circuler partout puisqu’ils seront chez eux.» «Le bar sera ouvert cinq jours par semaine, du midi au soir, ajoute Hélène, 27 ans. Il s’adressera aussi bien aux amoureux des chats qu’aux personnes qui n’en ont pas et souhaitent profiter des avantages de la ronronthérapie, bénéfique contre le stress. Il y aura bien sûr quelques règles à respecter comme ne pas réveiller un chat qui dort, ne pas le nourrir ou ne pas lui courir après. Ce sera au client de s'adapter à l'animal, pas l'inverse.» Les félins, recueillis auprès de l'association nantaise Griffes de l’espoir, auront été sélectionnés pour leur diversité ou leur «caractère sociable». Ils seront évidemment vaccinés, stérilisés et assurés. Des rouleaux pour se débarrasser des poils Pour répondre aux problématiques d'hygiène, les deux sœurs prévoient une salle à litière ventilée, une cuisine totalement séparée, un aspirateur automatique se déplaçant à intervalles réguliers, ainsi que des rouleaux adhésifs à disposition des clients souhaitant se débarrasser d'éventuels poils. D’une capacité souhaitée d’environ 50 places assises, le bar serait également équipé d'aménagements spécialisés (arbres à chats, échelle suspendue, sas d'entrée sécurisé, etc.). Les clients pourront consommer boissons et en-cas «installés confortablement» ou «rapidement à un comptoir», à l'image des Starbucks coffee. Un bar à chats à Lyon  Un bar à chats à Paris